• Catherine Manchon

300 fois par jour…



300 bisous ? Mais non !

300 quoi, alors ?

300 respirations conscientes !

Là, je crois qu’il y eut un blanc.

Et puis, les pourquoi, pour qui, comment ça, sont arrivés.

Reprenons.

Nous sommes dotés de quelque chose de tout à fait miraculeux. Dès notre premier souffle, nous respirons sans nous en préoccuper.

C’est automatique. Merci notre corps !

Et pour vous convaincre du bien fondé du système, en comparaison, pensez que nous devons nous nourrir, nous vêtir, nous laver…etc De plus, nous pouvons fort bien jeûner pendant plusieurs semaines, ne pas boire plusieurs jours sans passer de l’autre coté.

Mais le manque d’air lui, ne souffre pas de dépasser les 3 minutes. Encore une fois merci à notre souffle de savoir se débrouiller seul.

Alors, tout est bien…. Qu’est-ce qui cloche ?

Le dérèglement, l’inadaptation, l’affolement… La plupart du temps notre souffle ne colle pas avec ce que nous vivons, ce que nous faisons.

Sous prétexte que la respiration est automatique, nous l’avons négligée, abandonnée à elle même. Nous voilà essoufflé, le souffle court, voire coupé. Au lieu de nous aider, elle est un fardeau. C’est la vie à l’envers !

La respiration, le souffle quand on sait le dompter est le plus puissant des régulateurs de l’être.

Le souffle lent, ventral, profond apporte le calme.

Court, placé plus haut il mène la danse de l’endurance.

Entre l’un et l’autre nous pouvons vivre tout un panel de rythme, de volume, de profondeur. La respiration du méditant ne ressemble pas au souffle du sprinteur. L’un et l’autre ont appris à moduler ce fantastique élément pour que l’air nourrisse vraiment le corps. Ils vivent ce souffle comme un support de l’action.

J’apprend à bouger, j’apprend à souffler ; jamais l’un sans l’autre. J’apprend le repos et le souffle qui va avec. Et là, devant mon écran, j’ai aussi un souffle adapté.

Abandonnez force, volonté, contrainte lorsque vous apprenez à respirer. Adoptez l’écoute, l’observation. Mettez de la douceur. Faites-lui confiance, le souffle va se réguler. Offrez-lui une belle verticalité et vivez-le. Ainsi, Il est capable de tout. Il amène la sérénité et l’efficacité, le bien-être et la performance.

300 fois, nous conseillent les Maîtres chinois. C’est le nombre de respirations conscientes par jour qu’il est bon de pratiquer. Juste quelques minutes plusieurs fois dans la journée fera vite le compte. Essayez, vous verrez que ces respirations deviendront vite vos amies. Faites-en un mantra anti-stress, un baume d’énergie, un moteur de l’action…

Vivante, discrète, libre, la respiration sera toujours votre premier secours, en toutes circonstances. Et 300 fois par jour c’est comme 300 bisous que l’on fait à notre corps.

300 câlins pour soi. Cela remet d’aplomb de suite, non !

Bisou à vous

#soufflerespiration

43 vues